Le Diamant de Marie de Médicis à vendre

(source:REUTERS)

Le Beau Sancy, un diamant de 34,98 carats, est à vendre. Ce joyau a notamment appartenu à Marie de Médicis (1573-1642). Offert par son mari Henri IV, le fameux diamant se trouvait au sommet de sa couronne lors de son sacre de reine en 1610. Il a ensuite été transmis à la Maison d’Orange ainsi qu’aux familles royales d’Angleterre et de Prusse. Estimé à un prix allant de 2 à 4 millions de dollars (1,5 à 3 millions d’euros), il sera mis aux enchères à Genève le 15 mai par Sotheby’s.

Avant cela, il sera exposé à Paris, Londres et Zurich. Pour David Bennett, le Président du Département de Haute Joaillerie de Sotheby’s en Europe et au Moyen-Orient, ce joyau d’exception au destin royal est «l’un des diamants les plus fascinants et les plus chargés d’histoire jamais mis aux enchères».

Marie de Médicis le voulait absolument. Son mari, Henri IV, le lui a finalement offert pour 25 000 écus à l’époque. Le diamant le Beau Sancy ornait la couronne de la reine de France lors de son sacre en 1610. Estimé entre 2 et 4 millions de dollars (1,5 et 3 millions d’euros), il sera mis aux enchères le 15 mai à Genève par Sotheby’s.

La légende commence lors de la seconde moitié du XVIe siècle. La pierre, probablement originaire des Indes, est ramenée de Constantinople par l’ambassadeur de France, Nicolas de Harlay, seigneur de Sancy. Le diplomate, passionné de gemmes, lui donne son nom. «Marie de Médicis a désiré avoir cette pierre quand elle a su que Nicolas de Harlay avait vendu le Grand Sancy (un plus gros diamant, aujourd’hui exposé au Louvre) au roi d’Angleterre Jacques Ier Stuart pour son épouse », indique-t-on chez Sotheby’s.

Le 13 mai 1610, le diamant orne la couronne de la reine lors de son sacre. Mais le règne prend, comme on le sait, un tour funeste. Le lendemain, Henri IV est assassiné par Ravaillac. Après une période de régence et la rupture avec son fils Louis XIII, la reine s’exile aux Pays-Bas en 1631. Criblée de dettes, elle finit par vendre, en 1641, le Beau Sancy au prince Frédéric-Henri d’Orange-Nassau (famille régnante des Pays-Bas aujourd’hui) pour 80 000 florins. Le prince se sert du joyau pour sceller le mariage de son fils Guillaume avec Marie-Henriette Stuart, qui n’est autre que la petite-fille de Marie de Médicis.

C’est le chef de la Maison royale de Prusse, Georges-Frédéric, 36 ans, qui a décidé de mettre en vente la pierre précieuse. Pendant quatre siècles, ce diamant a tour à tour appartenu aux familles royales de France, des Pays-Bas, d’Angleterre et de Prusse.

Au cours des cinquante dernières années, il n’a été exposé que quatre fois en public. La dernière fois en France, c’était en 2001 au Musée National d’Histoire Naturelle de Paris.

Gemmologie

Joaillerie »

Pendentif "Jardin"

Pendentif « Jardin »

Lors de notre exposition au Carrousel du Louvre, nous avons, cette foi[...]
Lire l'article »

Univers Inédit »

Un défi de bague ! Blog «  Le Gemmologue »

Un défi de bague ! Blog «  Le Gemmologue »

Lors du salon Révélations au Grand Palais, en septembre 2015, j’ai[...]
Lire l'article »